Lazare – Etienne Villemain

1- Présentation du projet en quelques mots

Depuis 2011, Lazare développe et anime des appartements partagés habités par des personnes qui ont vécu à la rue et des jeunes actifs bénévoles. Nous avons 6 maisons en France avec plus de 100 résidents. Nous avons décidé d’ouvrir une maison de campagne à Vaumoise pour accueillir des personnes en situation de précarité et leur permettre de retrouver du lien social ainsi qu’une activité professionnelle. Cette activité est tournée autour d’un jardin maraîcher en permaculture.

APA : Colocation Rue Vaugirard

2- En quoi le projet prend soin de l’environnement et des personnes ?

Notre objectif est d’abord de prendre soin de l’Homme en mettant les personnes fragiles au cœur de l’organisation. A Lazare, nous souhaitons permettre aux personnes de (re)trouver confiance pour rebondir. Nous les aidons à être acteurs en leur offrant un travail et un cadre vie responsabilisant et bienveillant.
Dans la rénovation de nos lieux d’accueil, nous apportons une grande attention aux économies d’énergies, notamment avec des bureaux de contrôle. Nous privilégions des produits recyclés comme l’isolant Métisse produit par le Relais, qui emploie des personnes en réinsertion. Nous installons des éclairages à LED et des économiseurs d’eau. Nous installons également une chaudière alimentée en miscanthus qui pollue peu avec un circuit court de distribution du combustible.
Pour permettre aux personnes fragiles de reprendre pied, quoi de plus apaisant que la nature ? Nous développons un jardin maraîcher en permaculture. Cette méthode d’agriculture bio-intensive respecte les écosystèmes et prend soin de l’environnement.
Enfin, la production de paniers de fruits et légumes dans le jardin maraîcher permet aux personnes en précarité de sortir de leur exclusion par une activité qui respecte la biodiversité. En prenant soin de l’homme et de la nature, nous voulons œuvrer à un développement durable et intégral.

APA : Colocation Rue Vaugirard

3- Quels changements / évolutions avez-vous constaté concrètement depuis le lancement du projet ?

C’est d’abord mon regard qui a changé, sur les personnes fragiles et sur l’écologie. Il y a une prise de conscience sur la nécessité de prendre soin des plus petits. Au début, je pensais que l’écologie était une question d’idéologie, une mode réservée à des bobos égocentrés.
En réalité, il s’agit plutôt de prendre soin de la nature qui nous est confiée pour permettre à l’homme de s’y épanouir pleinement en aimant ses contemporains, et en découvrant la beauté de la création et du créateur.
La bonne écologie c’est prendre soin des personnes pour prendre soin de l’environnement et vice versa. Un véritable cercle vertueux se met en place.

APA : Colocation Rue Vaugirard

Annexes

> Quelles difficultés avez-vous rencontré ? et comment les avez-vous surmontées ?
Dans tous les projets que nous avons lancés, nous rencontrons des difficultés. La question majeure est la place de l’homme. Comment développer les talents de chacun? Comment permettre un véritable épanouissement personnel au service de la communauté et du bien commun? Quelle est la place de chacun.
Une autre question est celle de la gouvernance. C’est un équilibre qu’il faut en permanence rechercher.

> Avez-vous un conseil pour ceux qui veulent se lancer ?
Soyez entourés de gens compétents et pragmatiques.
Sortez des sentiers battus et appuyez-vous sur l’Eglise qui est experte en l’humanité, autrement dit la doctrine sociale de l’Eglise et l’option préférentiel des pauvres.

> Dans cette démarche de quoi êtes-vous le plus fier ?
Nous sommes fiers de voir à quel point les bénéficiaires peuvent s’épanouir lorsque le cadre qui les entoure est bienveillant.
Ce qui nous émerveille est de voir que la charité engendre la charité.

asso-lazare-ecologie-05